Twitter Facebook RSS

Accueil > Planet-libre

21
août

Shinken : astuces après installation

Je me suis récemment mis à Shinken, un logiciel de supervision !

Voici quelques problèmes et leurs solutions que j'ai pu rencontrer lors de mon installation et de mon utilisation !

1. /bin/sh: /usr/local/shinken/libexec/check_cpu: not found

Une fois le produit installé, Shinken se met à monitorer le premier host qu'il trouve, à savoir lui-même. Seulement, sur les divers éléments surveillés comme le cpu et la RAM, j'avais l'erreur suivante :

/bin/sh: /usr/local/shinken/libexec/check_cpu: not found 

Cela vient des plugins Nagios qui ne sont pas installés. Pour se faire, exécutez les commandes suivantes :

cd /usr/loca/shinken/
./install -p nagios-plugins
./install -p check_mem
/etc/init.d/shinken restart

Si check_cpu est toujours introuvable :

su shinken
cd /usr/local/shinken/libexec
wget https://www.monitoringexchange.org/attachment/download/Check-Plugins/Operating-Systems/Linux/check_cpu/check_cpu
chmod a+x check_cpu
exit
/etc/init.d/shinken restart

2. Pour monitorer MySQL

Ajoutez "mysql" à la directive use :

use linux,mysql

Et comme le dit Jean, les templates de base se trouvent dans etc/packs, il suffit d'ajouter http et/ou https à votre directive "use", et voilà une paire de services en plus !

3. Impossible d'accéder aux MIBs fvia SNMP sur un host Ubuntu

Par défaut, snmpd sous Ubuntu n'autorise des connexions qu'en local. Il faut alors éditer le fichier /etc/default/snmpd, et modifier cette ligne :

SNMPDOPTS='-Lsd -Lf /dev/null -u snmp -g snmp -I -smux -p /var/run/snmpd.pid 127.0.0.1'

Remplacez 127.0.0.1 par l'IP de votre serveur, et relancez snmpd.

17
août

Exim : relancer ou purger la file d'attente

Un petit article pour rappeler l'utilisation de la file d'attente avec Exim :

Pour afficher file d'attente courante sous Exim :

exim -bp

Pour relancer la file d'attente :

runq

Pour supprimer toute la file d'attente d'Exim :

exim -bp | awk '/^ *[0-9]+[mhd]/{print "exim -Mrm " $3}' | bash

À bientôt ;).

17
août

Xen : Device 51714 (vbd) could not be connected

Aujourd'hui, en migrant ma machine virtuelle Xen sur un autre serveur de virtualisation, j'ai eu cette erreur quand j'ai fait un "xm create machine.cfg" :

Error: Device 51714 (vbd) could not be connected.

L'erreur vient des "loops" qui sont actuellement en nombre insuffisant. Pour vérifier les loops que vous avez :

losetup -a

Cette commande permet de vérifier combien de loops vous pouvez créer :

ls -la /dev/loop* | wc -l

Pour ma part, cette limite était à 8.

Si vous souhaitez augmenter cette valeur, éditez (ou créez) le fichier /etc/modprobe.d/local-loop.conf avec la ligne suivante :

options loop max_loop=128

Enregistrez, et redémarrez votre serveur. Si vous voulez éviter de redémarrer, vous pouvez toujours décharger le module du noyau, et le recharger, mais attention, cette manipulation doit s'effectuer uniquement si TOUTES les machinese virtuelles sont éteintes ! :

rmmod loop
modprobe loop

Maintenant, relancez la commande précédente pour vérifier le nombre de loops disponibles, vous verrez que vous êtes maintenant limité à 128 loops !

13
août

Augmenter la limitation de RAM sous Squeeze 32 bits

Par défaut, Debian Squeeze (32 bits) limite la taille de la RAM à 4 Go et des poussières.

Installez le paquet suivant pour passer cette limitation à 64 Go :

apt-get install linux-image-2.6-686-bigmem

Rebootez, et vérifiez votre capacité de mémoire via la commande free.

01
août

Installer Spotify natif sur Debian Wheezy

J'ai récemment installé la dernière version testing de Crunchbang, qui est actuellement basée sur Debian Wheezy. J'ai voulu installer le client natif Spotify sous Linux. Pour info, Spotify s'installe de la façon suivante :

Ajoutez cette ligne à votre fichier /etc/apt/sources.list :

deb http://repository.spotify.com stable non-free

Puis, on ajoute la clé, on met à jour la liste des paquets, et on installe Spotify :

sudo apt-key adv --keyserver keyserver.ubuntu.com --recv-keys 94558F59
sudo apt-get update
sudo apt-get install spotify-client-qt

L'ennui, c'est qu'apt essaye d'installer le paquet libssl0.9.8, qui n'est plus disponible dans les dépôts de Wheezy... Du coup, l'installation de Spotify s'arrête là...

Après quelques recherches, voici comment installer Spotify ;).

Éditez votre fichier /etc/apt/sources.list et commentez toutes les lignes sauf celle ajoutée précédemment, et insérez-y celle ci :

deb http://ftp.uk.debian.org/debian stable main contrib non-free

Là, nous venons de désactiver les dépôts de Wheezy, et nous allons utiliser les dépôts de la version stable de Debian.

Maintenant, on met à jour la liste des dépôts, et on installe notre paquet :

apt-get update
apt-get install libssl0.9.8

Une fois que libssl0.9.8 est installé, nous allons de nouveau éditer le fichier /etc/apt/sources.list : supprimez la ligne qui concerne les dépôts stable, et décommentez ceux que nous avions désactivés précédemment.

Note : cette étape est importante, il ne faut pas que vous restiez avec les dépôts de la version stable !

Encore une fois, on met à jour la liste des paquets, et on installe Spotify :

apt-get update
apt-get install spotify-client-qt

Et c'est terminé ! Notez que si vous faites la commande "dpkg -l | grep libssl", le résultat sera le suivant :

ii  libssl0.9.8                          0.9.8o-4squeeze12                  SSL shared libraries
ii  libssl1.0.0:i386                     1.0.1c-3                           SSL shared libraries

Nous avons bien libssl0.9.8 qui provient de Squeeze, et libssl1.0.0 qui provient de Wheezy !

23
juillet

ArchLinux

Arch

Un petit article pour vous dire qu'une nouvelle release d'ArchLinux est sortie, estampillée 2012-07-15, disponible ici. Non, il ne manque rien, maintenant il n'y a plus qu'une image fournie ! L'image "dual" permet de booter sur un système i686 ou x86_64 !

Au programme, la suppression d'AIF, communément appelé Arch Installation Framework. C'était grosso-modo l'interface d'installation d'Arch lorsque vous tapiez /arch/setup. Cette interface a été supprimée par manque d'updates ! Maintenant, nous disposons d'un ensemble de scripts pour installer le système. N'hésitez pas à consulter le Wiki d'Archlinux.fr pour plus d'informations sur l'utilisation de ces scripts !

Seconde grande nouveauté, le trousseau de clés de pacman est maintenant initialisé de manière automatique ! Cela signifie que la vérification des signatures des paquets sera faite automatiquement lors de l'installation et même après !

Il est également prévu d'augmenter le rythme de sortie des images d'ArchLinux : une par mois.

18
juillet

ArchLinux : Mise à jour de Glibc

Avertissement : lisez bien tout l'article avant d'éxécuter tel ou tel commande.

Aujourd'hui, une mise à jour de Glibc m'a été proposée. Je l'ai faite, et j'ai eu l'erreur suivante :

Erreur : la validation de la transaction a échoué (conflit de fichiers)
glibc : /lib est déjà présent dans le système de fichiers
Des erreurs se sont produites, aucun paquet n'a été mis à jour.

Tout bêtement, je me suis dit, on va forcer la mise à jour :

pacman -Sf glibc

Eh non, grosse erreur : une fois la mise à jour forcée, le répertoire /lib est écrasé, et plus rien ne marche :

$ ls
command not found

$ sudo
command not found

C'est à ce moment là que j'ai vu cette news sur Archlinux.fr qui dit notamment ceci :

Ne jamais utiliser --force lors de cette mise à jour.

Si comme moi vous avez foutu en l'air votre distribution, voici comment la réparer simplement :

1) Récupérez un live-cd d'Archlinux sur Archlinux.org. Une "net-install" suffira !

2) Installez l'image iso sur une clé usb bootable, et bootez sur cette dernière.

3) Une fois que vous êtes devant le shell, créez un dossier /archcourant :

mkdir /archcourant

4) Montez votre partition "/" dans /archcourant (chez moi c'est /dev/sda3, utilisez fdisk pour la trouver) :

mount /dev/sda3 /archcourant

5) Au cas où, conservez le répertoire /lib :

mv /archcourant/lib /archcourant/lib_bak

6) Réinstaller le paquet glibc :

pacman -Syr /archcourant glibc

Si vous n'avez pas de message d'erreur, vous pouvez rebooter sur votre ArchLinux préférée, c'est terminé !

N'hésitez pas à consulter régulièrement les news sur ArchLinux.fr, et pourquoi pas vous abonner au flux RSS !

12
juillet

Conversion d'un fichier en iso-8859-1 ou en utf-8

Ce matin, j'ai voulu envoyer un fichier par email via la commande "mail". L'ennui, c'est qu'à l'arriée, les caractères spéciaux s'affichaient très mal :

sà lut, voici un mail de test ça va ?

Pour savoir en quoi est encodé votre fichier, utilisez cette commande :

$ file -i monfichier.txt
monfichier.txt: text/plain; charset=utf-8

Pour convertir ce fichier en iso-8859-1, on utilise iconv :

iconv -f utf-8 -t iso-8859-15 monfichier.txt -o monfichier.txt

On utilise le paramètre -f qui indique l'encodage du fichier source, le paramètre -t qui indique l'encodage du fichier de destination, et enfin, le paramètre -o qui indique le fichier de destination. Ici, j'écrase monfichier.txt, mais j'aurai très bien pu spécifier un autre fichier dans le paramètre -o.

Pour faire l'inverse, c'est à dire encoder de l'iso-8859-1 en utf-8, on inverse les paramètres :

iconv -f iso-8859-15 -t utf-8 monfichier.txt -o monfichier.txt

09
juillet

Accès à TimeCapsule depuis Linux

Si vous possédez une TimeCapsule, et que vous souhaitez accéder aux fichiers du disque en réseau, voici comment faire :

Installez les paquets suivants : smbclient et smbfs

Pour monter votre capsule une seule fois, utilisez ces commandes :

On va créer un dossier timecapsule dans /media, et on va changer le propriétaire de ce dossier :

sudo mkdir /media/timecapsule
chown jeoffrey:jeoffrey /media/timecapsule

Remplacez "jeoffrey:jeoffrey" par votre nom d'utilisateur : ex. dupont:dupont.

sudo mount.cifs //192.168.1.10 /media/timecapsule -o pass=mot-de-passe

Remplacez "mot-de-passe" par le mot de passe de la TimeCapsule, et l'IP par celle de votre Time Capsule.

Normalement, le contenu de la TimeCapsule s'affichera dans /media/timecapsule.

Pour que la TimeCapsule se monte automatiquement au démarrage, ajoutez ce fichier dans /etc/fstab :

//192.168.1.10/Data /media/timecapsule cifs password=mot-de-passe,noserverino,iocharset=utf8,file_mode=0777,dir_mode=0777,_netdev 0 04.4

Encore une fois, n'oubliez pas de remplacer mot-de-passe par le mot de passe de la TimeCapsule et l'IP.

«précédente page 3 sur 3

^ Retourner en haut